Passe à poissons

Photographie de la passe à poisson de la centrale hydroélectrique de Kembs

Une passe à poissons est un ouvrage réalisé dans le but de permettre aux poissons de franchir un obstacle anthropique sur un cours d’eau. Elles sont surtout utilisées pour les seuils importants et les barrages qui entravent la continuité longitudinale des cours d’eau.  Leur but premier est en général de permettre le déplacement des poissons migrateurs mais de nombreuses autres espèces en profitent. Les passes à poissons peuvent permettre la montaison, la dévalaison ou les deux. Sur les barrages, les poissons migrateurs comme le saumon, ont besoin de passes pour la montaison. La dévalaison peut se faire à travers les turbines avec un taux de mortalité raisonnable. D’autres poissons, comme l’anguille qui a un corps long, ont besoin de passe pour la dévalaison car les taux de mortalité dû aux turbines sont trop importants.

Il existe de nombreux modèles de passe à poissons, sur le Rhin on peut rencontrer :

·         Les échelles à poissons qui sont constituées de petits bassins en escalier comme à la passe de Gambsheim.

·         Les passes à chenal artificiel qui imitent un petit cours d’eau naturel qui contourne l’obstacle comme pour la passe à Strasbourg.

·         Les passes mixtes qui voient une partie de type échelle et l’autre de type chenal artificiel comme la deuxième passe de Kembs.

Pour les passes visant la montaison: un débit est prélevé en aval du barrage de l’ordre de 1 m3/s à la sortie de la passe. Ce débit va permettre aux poissons de remonter la partie finale de la passe qui voit différentes vitesses d’écoulement (notamment pour les zones de repos) et où le dénivelé est rattrapé.  Mais pour arriver ici, les poissons doivent au préalable emprunter la ou les entrée(s) de la passe. Les poissons migrateurs se dirigent grâce au courant et remontent celui-ci. C’est pourquoi dans la partie avale de la passe, un « débit d’attrait » est injecté en plus de l’ordre de 15 m3/s. Cela permet d’avoir un débit suffisant en entrée de passe pour guider le poisson, de turbiner le débit d’attrait (perte importante au niveau de la production électrique dans le cas contraire) et d’avoir un dimensionnement raisonnable de la partie finale de la passe (de l’ordre de 1 m3/s plutôt que 15 m3/s). En général, il y a une entrée au pied du barrage et une entrée plus en aval sur une berge pour attirer le plus d’espèces possible. 

Pages

S'abonner à RSS - Passe à poissons